Mot de bienvenue du Ministre


Au Burundi, le secteur agricole constitue le moteur de l’économie nationale ; il est le garant de la sécurité alimentaire des populations. L’agriculture est pratiquée d’une façon traditionnelle par environ 1.2 millions de familles rurales (90% de la population) sur de très petites exploitations dont la taille moyenne se situe autour de 0.5ha. Avec une population qui croît à un taux supérieur à 3% dans certaines localités, il y a un grand risque que la vulnérabilité des populations en insécurité alimentaire ne s’aggrave et que l’économie ne régresse si des investissements adéquats ne sont pas mis en place. Pour pallier à cette situation, le Gouvernement du Burundi à travers le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage a élaboré des politiques sectorielles, des stratégies, des programmes et des plans d’actions visant à relancer le secteur agricole : Stratégie Agricole Nationale (SAN), Programme National de Sécurité Alimentaire (PNSA)...

                                                                                

×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 469

News DGE

Au Burundi, l’élevage des bovins joue un rôle économique et social important. Il sert pour la production de lait, de viande et de fumier. Il constitue une épargne sur pied utilisée à plusieurs occasions telles: la scolarisation des enfants, les soins de santé et la dot. Il est source de prestige social et intervient dans les dons.

Malgré son rôle, l’élevage bovin reste actuellement peu développé. La race Ankole qui était prédominante depuis longtemps (100%) a connu une régression progressive en effectifs jusqu’en 1993 (75%) liée à la réduction des pâturages naturelles. En effet, de 1968 à 1978, le taux de croissance annuelle des effectifs bovins était de 2,4% contre celui de -3,14% (décroissance annuelle) durant la période de 1978 à 1992. Malgré sa rusticité et sa prédominance, la production laitière de l’Ankole reste faible et varie entre 200 et 600 litres par lactation. Cette race n’a pas encore connu de sélection artificielle. Actuellement, l’Ankole connaît plutôt une réduction génétique de son format et de son potentiel laitier en raison d’une sélection contre-productive liée à la vente et à l’abattage précoce des mâles à croissance rapide ainsi qu’à une augmentation de mortalité de meilleures productrices suite aux mauvaises conditions d’élevage.

Organic Food 

"Promouvoir l'intensification agricole basée sur la régionalisation des cultures pour une sécurité durable et la lutte contre la malnutrition."

Contact

  info(@) minagrie.gov.bi
  (00257) 22 22 20 87
  (00257) 22 22 20 87
  Adresse: Avenue Mwambutsa,N°, Ngagara;Quartier 4

Reste en contact