RIRE2

GRANDES REALISATIONS DU MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE L’AGRICULTURE ET DE L’ELEVAGE AU COURS DU PREMIER TRIMESTRE 2019-2020

Ce jeudi 07/11/2019, dans la Province de Gitega, le Ministre de l’Environnement de l’Agriculture et de l’Elevage, Dr Déo Guide Rurema a présenté la synthèse des réalisations du premier trimestre lors d’un point de presse comme suit :

1.la mission principale du Ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage est d’assurer la sécurité alimentaire à toute la population burundaise. Pour atteindre cet objectif, pas mal de réalisations ont été enregistré par Ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage.

2.De bons résultats ont été observés notamment l’augmentation de la production agricole et animal et halieutique d’une manière générale à travers tout le pays pour la période allant de 2015 à 2019, ce qui a conduit à la diminution et à la stabilité des prix des denrées alimentaires de première nécessité sur les marchés dans toutes les provinces, ainsi que l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle au niveau des ménages suite à la disponibité, l’accessibilité et la diversification des denrées alimentaires ainsi qu’à l’éducation de l’utilisation efficace et rationnel des aliments.


3. Au niveau du Ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage, le premier trimestre coïncide avec la fin de la saison c et le début de la campagne de la saison A 2020. Pendant la saison C, le Ministère a fait de campagne de sensibilisation aux agriculteurs d’exploiter les marais et plus de 127 000 ha de marais ont été emblavées avec 35 000 ha par le Maïs, 40 000 ha par le riz, 32 000 ha par le Haricot et 20 000 ha par les patates douces, le reste étant occupé par les légumes.

4.Des descentes d’encadrement de proximité et de suivi ont été organisées par les hauts cadrées du Ministère à travers tout le pays. Actuellement, les agriculteurs sont dans la période de récoltes de haricot, et les autres vont récolter dans peu de temps.

5.Quant à la campagne de la Saison A 2020, les grandes réalisations ont porté sur la disponibilisation des intrants aux agriculteurs principalement les engrais, les semences et les produits phytosanitaires.

- Concernant les engrais, le Gouvernement a privilégié l’utilisation des engrais organo minéral fabriqué localement FOMI et a procédé à l’inauguration de l’Usine de Fabrication des engrais FOMI. Au cours de cette période, il a été remarqué que le nombre des agriculteurs qui adhèrent à l’utilisation de ces engrais a augmenté sensiblement, et la quantité des engrais distribué ne cesse pas d’augmenter surtout avec les engrais fabriqués localement. Ainsi plus de 26 000 tonnes sont en phase finale de distribution par rapport à 25 100 tonnes de la même saison passée. Cela montre que les engrais fabriqués au Burundi ont été fortement apprécié par les agriculteurs. A ce stade, nous avons demandé à l’administration en collaboration avec les services techniques déconcentrés de nous prêter main forte pour faire le suivi et vérifier si réellement ces engrais distribués sont effectivement utilisés dans les champs. Pour la dolomie ; plus de 5 500 tonnes de dolomie sont distribuées par rapport à 5 300 tonnes de dolomie distribuée l’année passée au cours de la saison A de l’année passée.

- Concernant la disponibilité des semences sélectionnées, le Ministère a encouragé les agriculteurs à utiliser des semences sélectionnées à travers le Programme de subvention des semences : 100 tonnes de maïs hybride et 100 tonnes de maïs composites ont été commandées, et 114,620 tonnes de semences de riz , 176 200kg de haricot ont été disponibilisé au cours de cette période et 292,375 tonnes de semences de pomme de terre et 22,679 tonnes de semences sèches ont été emballées par les services en charge de la certification des semences.

- Au cours de cette même période, de stock stratégique des produits phytosanitaires ont été constituées pour intervenir en cas de maladies et ravageurs et des produits phytosanitaires sont stockés dans les hangars du bureau provincial de l’Agriculture et de l’Elevage.. En effet, plus de 7.725 kg d'orthène, 745 litres d'Iron et 4.840 litres de Dursuban 4E, ,2645 litres de Kitazin et 234 kg de Labilite sont déjà disponibilisés ce qui a permis la maîtrise des ravageurs

6. Pour accroître les superficies Cultivables, protéger et valoriser rationnellement le capital qui est la terre et l’eau, plusieurs activités ont été réalisées. Il s’agit notamment de l’Aménagement des Marais pour augmenter les superficies à cultiver pour le riz, les légumes et le Maïs pendant la saison c et plus de 2.807,91 ha de marais ont été aménagés dans les provinces de Cankuzo et Kirundo.

- Quant à la protection des terres contre l’érosion et l’inondation des marais, des activités de creusement de courbes de niveaux ont été faites, lors de la journée National de l’Environnement et plus de 55% des bassins versant ont été aménagés avec les courbes de niveau. Cela a permis la réduction des pertes de la fertilité de sols et les inondations.

- Quant à la conservation et la gestion de l’eau, capital vie de l’Agriculture, des activités de protection des sources d’eau contre les assèchements ont été faite notamment le dessouchage systématiques des essences absorbant beaucoup d’eau par le remplacement des essences naturelles qui n’absorbent pas beaucoup de l’eau. Ce travail a été fait par le personnel du Ministère , l ‘administration et la population où 19840 sources d’eau ont été protégé ; tandis que plus de 15 000 ha de bassins versants aménagés

- Quant à la valorisation de l’eau par la promotion de l’Irrigation, il y a eu réhabilitation des réseaux d’irrigation et l’irrigation collinaire o plus de 167ha ont été irrigués après réhabilitation du réseau, et plus de 50 ha valorisés par irrigation collinaire, ce qui a aussi contribué à la diversification des cultures.

- Quant à la valorisation rationnelle des terres domaniales qui été mal exploitées et de façon illicite par les privés, plus de 4 471 Ha 29ares ont été récupérées et sont en cours de valorisation par les coopératives collinaires, après présentation des projets rentables et sont sous l’encadrement des services du Ministère.

7. Pour renforcer la sécurité alimentaire et nutritionnelle, le Ministère a promu la plantions des arbres fruitières, ainsi que la culture de champignons. Dans ce cadre plus de 200.000 plants fruitiers ont été produits et plantésPour l’encadrement de proximité et le renforcement des capacités des producteurs ; plus de 350 organisations des producteurs sont formées pour la filière riz et maïset lait et 433 nouvelles coopératives sont renforcées sur les aspects administratifs et institutionnels ; tandis que

8. Dans le domaine d’accroître la production animale et halieutique, plusieurs activités ont été faite aussi au cours de cette période.

- Dans le but d’augmenter le nombre de tête d’animaux d’élevage dans le pays, 500 porcelets ont été distribués aux ménages de Cibitoke, et 3.115 vaches ont été inséminées dans le cadre des inséminations artificielles; avec objectif d’améliorer la production animal.

- Dans le demaine de la gestion des epizoties, 60.000 bovins ont été vaccinés contre la dermatose nodulaire bovine contagieuse, 100.000 doses de vaccin contre la maladie de Newcastle sont disponibles et 80.000 petits ruminants déjà vaccinés ;

9. .Quant à la pisciculture, 10 étangs piscicoles ont été aménagés sur chaque village aquacole intégré dans les provinces de Ngozi, Rutana, Bujumbura, Ruyigi, Bubanza, Gitega et Karusi et 3.000 alevins ont été produits dans les stations piscicoles de Bujumbura et Mubone

Cela est dans le but de diversifier les sources de protéines pour renforcer la nutrition et de diversifier les sources de revenus.

- Au cours de ce même trimestre, d’autres activités relatives aux cultures d’exportation ont été réalisées. C’est notamment la production 6.021,769 tonnes d'huile de palme ont été produits ;7.764 tonnes de feuilles vertes de thé cueillies ;1.618 tonnes de thé sec produite et commercialisée ; 1.600.000 plants de caféiers produits en pépinière à Gitega, Karusi, Kayanza, Kirundo, Muyinga et Ngozi avec 62,226 tonnes de fumure organique disponibilisés pour fertiliser les champs caféicoles tandis que 5.034,98 tonnes de café vert ont été produits même si la production continue

10. Dans le domaine de la protection de l’Environnement, des actions ont été aussi menées.

­ Trois sites où seront implantées les pépinières à Cibitoke (Rukana et Camakombe) et en commune Kanyosha ont été identifiés et la passation des marchés est en cours ;

­ 100 m des berges de la rivière Ntahangwa ont été stabilisées et 20 km de la zone tampon du Lac Tanganyika à protéger et les espèces d’acacia à planter sur le fossé antiérosif ont été identifiés ;

­ 20 km de la zone humide du marais de Nyamabuno à protéger ont été identifiés.

­ 67 Km déjà terminés et 20Km sont en cours, pour la délimitation de la zone Tampon du Lac Tanganyika, couplé avec la plantation des herbes fixatrices du sol,

­ 17 Périmètres de Protection Immédiats (PPI) des sources d’eau ont été délimités et bornés à Mwaro et Rumonge

­ 300 hectares à reboiser ont été identifiés et délimités et 4 pépinières ont été installées dans le cadre de la gestion durables des ressources forestières,

11. Dans le cadre de la mise à jour des réseaux cartographiques et topographiques de base et assistante des usagers d’informations hydrometeologiques et agro météorologique ,une campagne de jaugeage a été fait, 92 bulletins sur le climat sont diffusés ; tandis que 533 avions ont été assistés

12. Au niveau de la recherche, plusieurs résultats ont été obtenus.

- Au niveau des stations de recherche,49.650 vitro plants de pomme de terre, 223 de bananier, 168 de patate douce et 2.808 de manioc ont été produits, 10 ha de maïs, 18 ha de pomme de terre, 5ha de haricot et 1ha de soja ont été installés, 16 veaux, 28 porcelets et 16 chevreaux de haute qualité nés dans les stations de recherche de Mahwa, Vyerwa, Rukoko et Mparambo

- Plusieurs technologies et leurs procédés de transformation et de conservation des produits agricoles locaux ont été mises en place et 12 associations, coopératives ont été appuyées dans la mise en place des unités de transformation agricole ;

- Au niveau du CNTA, 40 analyses (échantillons) microbiologiques faites ont été faites et 40 bulletins d’analyse sont disponibles ; Une étuveuse améliorée du riz a été adaptée et fabriquée;

- 3 bonnes combinaisons de production de semences hybrides ont été initiées au Burundi dont 2 variétés homologuées par les services en charges de la recherche variétale.

En conclusion, le taux de réalisations arrive en moyenne de 36,82 % des réalisations sur les prévisions annuelles soit un taux de 96 % si on considère la réalisation prévue au cours de ce trimestre. Le ministère saisi cet opportunité pour remercier en premier lieu le Gouvernement de son soutien dans le secteur agricole en mettant en avant le secteur de l’agriculture, et exemple éloquent et la disponibilité de plus de 30 020. 000 000 BIF injecté au niveau des coopératives collinaires pour la réalisation des projets agricoles et élevages. Il remercie aussi le personnel et ses partenaires qui ont consacré beaucoup d’effort dans l’encadrement ou 60% du temps a été alloué sur terrain tandis que 40 % du temps est réservé au Bureau.
13. Pour continuer à augmenter la production, le Ministère a des perspectives d’avenir et ce sont notamment :

- Evaluation du PNIA 2016-2020 pour l’élaboration du PNIA 2020-2025 qui s’aligne parfaitement au PND et les exigences internationales ;

- Poursuivre et développer le volet valorisation post-récolte pour minimiser les pertes post récolte enregistrées ;

- Accompagner l’usine FOMI dans la constitution des stocks suffisant d’engrais afin d’éviter les retards dans la distribution;

- Le maintien de la production agricole à un niveau satisfaisant et mise en place des mécanismes de son augmentation

- Lutte contre les épizooties par la campagne de vaccination

- Continuer le dessouchage des plantes absorbants beaucoup d’eau dans les bas fonds et les marais ;

- Continuer le programme de repeuplement du cheptel à travers la Chaine de Solidarité Communautaires;

- Accompagnement technique des coopératives dans la gestion des contributions du Gouvernement au développement des collines ;

- Continuer les travaux de protection de l’environnement à travers le programme « EWE BURUNDI URAMBAYE » et la journée de Jeudi dédiée à la protection de l’environnement;

- Mise en place des stocks stratégiques de sécurité alimentaire à travers l’Agence Nationale de Gestion des Stocks de Sécurité Alimentaire (ANAGESSA).

Le Ministère appelle la population à continuer à doubler des efforts pour que la production soit augmenté pour la saison A 2020, réaffirme son engagement à accompagner les agriculteurs et appelles ses partenaires à continuer à investir dans le secteur agricole.

CELEBRATION DE LA JOURNEE MONDIALE DE L'ALIMENTATION

Comme d’habitude, le Burundi, en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), s’est joint à d’autres nations pour célébrer la Trente Neuvième (39ème) Journée Mondiale de l’Alimentation (JMA), sous le thème: "Agir pour l’avenir : une alimentation saine pour un monde faim zéro".

Le lancement de la semaine dédiée à l’alimentation a eu lieu le 10 octobre 2019 dans les communes Muramvya et Mbuye de la province Gitega tandis que cette journée a été officiellement célébrée en commune Kigamba de la Province Cankuzo.

I. LANCEMENT DE LA SEMAINE DEDIEE A L’ALIMENTATION

Le 10 octobre 2019, le Ministre de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage, Dr. Déo Guide RUREMA a lancé la semaine dédiée à l’alimentation en province Muramvya il eteait accompagné par le Représentant de la FAO au Burundi, le Gouverneur de la Province Muramvya, les hauts cadres du MINEAGRIE, les Partenaires Techniques et Financiers et les responsables de différents services du MINEAGRIE. Au Marais de Mubarazi, les hautes autorités ont pu s’enquérir de l’état des lieux par rapport à l’exploitation de ce marais. Elles ont apprécié l’initiative des producteurs de s’organiser en associations et ont reconnu les réalisations de l’OCB Murimyi Terimbere avec l’appui du PRODEMA. Ces réalisations sont en général centrées sur :

- La diversité des cultures maraîchères (oignons, carottes, choux, poireaux)

- La culture bio des légumes sous serres ;

- L’irrigation goute à goute ;

- La rotation des cultures maraichères avec les autres cultures notamment le maïs.

Les hautes autorités ont profité de l’occasion pour se joindre aux associations dans les activités de semis du maïs hybride au marais de Mubarazi.

Reconnaissant les bonnes initiatives de l’OCB Murimyi Terimbere et l’importance des légumes bio pour la santé et dans l’augmentation des revenus des ménages, le Ministre de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage a recommandé de faire le rayonnement de ces technologies au niveau des collines pour une vulgarisation à grande échelle.

Un autre site visité est la coopérative laitière UHIRAZIKAMWE de Mbuye qui contribue beaucoup dans le traitement et la transformation du lait au profit des ménages environnants mais également des habitants des différentes zones urbaines du pays dont Bujumbura la capitale économique.

Le CCL Mbuye collecte 650-700 litres de lait par jour dont 30-35l consommés par les ménages environnants, 500 litres acheminés vers Bujumbura, le reste étant transformé en yaourt et en fromage.

Le lait et le fromage du Centre de Collecte de Lait de Mbuye ont été bien apprécié par les participants à la dégustation.A chaque site la visite se clôturait par la remise des prix aux exploitants en guise de d’encouragement. Dans l’ensemble, le Ministre a remis un kit composé par 500 kg de riz, 4 boîtes de 500g chacune de semences maraichères et 20 arrosoirs ainsi que des blocs à lécher.

II. CELEBRATION OFFICIELLE DE LA JMA

La célébration officielle de la Journée Mondiale de l’Alimentation a eu lieu dans la commune Kigamba de la province Cankuzo.

Les Cérémonies de la JMA ont été rehaussées par le Ministre de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage qui a représenté le Gouvernement, le Représentant de la FAO au Burundi, un Honorable député élu dans la circonscription de Cankuzo, le Gouverneur de la province Cankuzo, les Coordonnateurs des projets et programmes du MINEAGRIE, les hauts cadres ressortissant de différentes institutions du pays, les cadres responsables de différents services du MINEAGRIE, les représentants des organisations nationales et internationales œuvrant dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage et de l’environnement, les Administratifs à la base, les représentants des associations ou groupement de producteurs et une foule nombreuse qui était venue pour agrémenter les cérémonies.

La journée a été marquée par le semis du maïs et du haricot volubile ainsi que les cérémonies officielles au stade de Kigamba.

M. Isaias Angue Obama, a parlé au nom du Directeur Général de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, Dr Qu DONGYU. Tenant compte du thème de cette année, il a rappelé que la FAO soutient tous les Etats membres, via le renforcement des capacités à évaluer et suivre leur situation nutritionnelle pour qu’une alimentation saine soit une réalité pour tous. D’après lui, la production et la consommation d’aliments de bonne qualité sont possibles grâce à des investissements ciblés dans l’agriculture, les cadres réglementaires, la technologie et l’innovation. Bien plus, la transformation des systèmes alimentaires requiert une forte synergie collective, une vision holistique de l’agriculture et des filières alimentaires, a-t-il conclu. M. Isaias OBAMA reste optimiste par rapport aux engagements des Nations Unies inscrits dans le plan cadre des Nations Unies pour l’Assistance au Développement (UNDAF) pour accompagner le peuple burundais dans leurs priorités de Développement agricole. Le discours de circonstance prononcé par le Ministre de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage était principalement centré sur le thème de la JMA 2019, les efforts du Gouvernement en matière de la sécurité alimentaire ainsi que la contribution de la population dans le développement économique du pays.

Parlant du thème de l’année "Agir pour l’avenir: une alimentation saine pour un monde faim zéro", Dr Déo-Guide RUREMA a indiqué qu’il vient à point nommé étant donné que le Gouvernement du Burundi est engagé dans la promotion des cultures à haut rendement et les cultures à haute valeur nutritive pour lutter contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. Ainsi, si la population est bien nourrie, elle a de la force et participe activement aux travaux de développement.


Le Ministre se réjouit de l’évolution positive de la production agricole constatée ces trois dernières années et fait remarquer que cette situation est le résultat des efforts du Gouvernement via le Ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage.

En guise d’encouragement aux coopératives, le Ministre a promis de leur octroyer des chèvres qui serviront dans la production de la fumure et par conséquent dans l’augmentation de la production agricole.

Importations de sacs et sachets non biodégradables bientôt interdites

Le Ministre de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage a animé un point de presse ce jeudi 13 août 2019. Il a tenu à informer le public qu’ à partir de jeudi le 22 Aout 2019, toutes les importations des sacs et sachets en polymère d’éthylène (non biodégradable) et de la matière première servant à fabriquer ces derniers sont interdit, toutes les autorisations déjà octroyées à cet effet seront annulées.


Cela a été décidé en ayant constaté que les sachets sont toujours utilisés comme avant et sont observés en grande quantité sur les marchés. Même des nouvelles catégories de sachets ont été introduites après la mise en place du décret. Il a été constaté lors de l’évaluation que la majorité des sachets rencontrés sur les marchés sont fabriqués au Burundi. Aussi, il s’observe des stocks énormes dans les dépôts des usines de fabrication des sachets et même certains fabricants et importateurs disent qu’il reste des commandes non encore exécutés et tout cela malgré que le Gouvernement du Burundi ait mis en place un décret No 100/099 signé par son Excellence Monsieur le Président de la République du Burundi le 8 Août 2018 qui interdit l’importation, la fabrication, la commercialisation et l’utilisation des sachets et d’autres emballages en plastique.

Pour faciliter la mise en œuvre dudit décret, l’article 9 décret, stipule qu’un délai de grâce de 18 mois était accordé pour écouler les stocks et les commandes passées pour les produits qui ne figurent pas sur la liste de l’article 4 alinéa 2 dudit décret. En plus de cela, une réunion à l’endroit des importateurs a été organisée tout juste après la signature dudit décret pour leur informer du contenu, et les inciter à demander des autorisations pour les commandes déjà passées dans un délai n’excédent pas un mois, toutes ces autorisations ont été accordées tout en espérant que toutes les importations allaient se terminer dans un mois.

Se référant sur les données de l’OBR, l’analyse comparative des données statistiques sur les importations des sachets et sacs en plastique pendant la période de 11 mois (août 2017 au juillet 2018)d’avant la mise en place du dudit décret et la période de 11 mois (août 2018 au juillet 2019)d’après la mise en place du décret, on constate que les importation après la mise en œuvre du décret sont très importantes et donne des résultats inquiétants

Il a tenu à ajouter que si les importations des sacs et sachets en plastique ainsi que les importations de la matière première continuent à cette allure, il sera très difficile d’écouler les stocks avant l’expiration du délai de grâce. Or ce délai de grâce doit être respecté et cela nécessite des mesures qui doivent être prises dans le respect de la loi.

exemple de produits de substitution

Il tranquillise la population en leur informant que des produits de substitution existent déjà même sur le marché et enfin il interpelle tous les importateurs des sachets et sacs en plastique ainsi que tous les fabricants de ces produits de commencer à importer ou à fabriquer les produits de substitution dès aujourd’hui.

CELEBRATION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE L’OZONE : Le Burundi est engagé à lutter contre tous les effets néfastes qui pourront nuire à la couche d’ozone

Ce lundi, 16 septembre 2019, le Burundi se joint aux autres Nations du monde entier pour célébrer la Journée Internationale de protection de l’Ozone, célébrée cette année sous le thème : « 32 ans et en voie de guérison ».

Ont participé à ces cérémonies qui ont eu lieu à Bujumbura, les honorables parlementaires, le Ministre de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage, Dr Déo Guide RUREMA, le chargé des Programmes dans le Programme de Nations Unies pour l’Environnement « volet suivi du Protocole de protection de l’ozone », Mussa Barry, les hauts cadres du Ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage et les frigoristes formés.

Dans son discours de circonstance, le ministre a indiqué que la Journée de protection de l’ozone est célébrée sur base du Protocole de Montréal mis en place depuis le 16 septembre 1987 suite à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone et a été conçue pour réduire la production et la consommation des substances nocives à la couche d’ozone afin de réduire leur quantité dans l’atmosphère.

Il a fait savoir que la mise en œuvre de ce Protocole de Montréal a bien progressé aussi bien dans les pays développés que ceux en voie de développement raison pour laquelle cette année la journée a été célébrée sous le thème « 32 ans et en voie de guérison ».

Il a indiqué en outre que le Burundi est signataire du Protocole de Montréal, depuis le 06 janvier 1997 et depuis cet acte posé, appuyé par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement, le Burundi a honoré correctement ses engagements en protégeant la couche d’Ozone.

Pour être à la hauteur, il a fait savoir que des séances de formation ont été dispensées à l’endroit des frigoristes, des douaniers de l’OBR et des étudiants de l’Université du Burundi sur les bonnes pratiques de gestion des Substances appauvrissant la Couche d’Ozone.

Le Ministre s’est réjoui qu’à coté de ces formations dispensées, cette année la célébration de cette journée vient au point nommé du fait que le Gouvernement du Burundi a instauré un vaste programme national « EWE BURUNDI URAMBAYE », un programme qui va constituer un puits important des Gaz à Effet de serres et renforcer le reboisement et la protection des forêts étant donné que les forêts sont la source des pluies.

Enfin, tout en remerciant tous les Partenaires Techniques et Financiers qui appuient le Ministère dans les programmes de développement en général et le Programme de Nations Unies pour l’Environnement dans la protection de l’ozone en particulier, le Ministre a fait savoir que dans un proche avenir, le Burundi prévoit ratifier l’amendement signé en 2016 qui vise l’élimination des Hydro Fluoro Carbones (HFC) qui contribuent énormément au réchauffement de la planète terre.

Signalons que la journée internationale de l'ozone a été marquée cette année par la distribution de différents matériels aux frigoristes, une action qui montre que le Burundi est engagé à lutter contre tous les effets néfastes qui pourront nuire à notre couche d’ozone.

JOURNEE MONDIALE DU LAIT : Une première au Burundi

La Journée Mondiale du Lait célébrée chaque année en date du 1er juin depuis 2001, fait partie des nombreuses journées initiées par les Nations Unies, en l’occurrence la FAO dans le but de mettre en valeur et en exergue les bienfaits du lait et ses produits ainsi que sa valeur nutritive.

C’est dans ce cadre que le Burundi s’est joint aux autres Nations du Monde entier, ce 28 juin 2019, pour célébrer officiellement cette Journée Mondiale du Lait, édition 2019 sous le thème : « l’importance du lait dans le cadre d’une alimentation saine et équilibrée ».

Les cérémonies ont été rehaussées par le Secrétaire Permanent au Ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage M. NDORIMANA Emmanuel et ont débuté par une visite à l’usine de lait « NATURA » où les invités ont pu se rendre compte du fonctionnement de cette usine d’une capacité de 40 000 litres par jour.

Pour bien commémorer cette fête, un atelier d’échange suivi d’une dégustation du lait et ses produits a été organisé en date du 28 juin 2019, à Bujumbura dans le cadre de la célébration officielle. Le Secrétaire Permanent dans son discours d’ouverture a indiqué que le Gouvernement du Burundi a voulu célébrer cette journée pour la première fois suite aux progrès réalisés dans le programme de repeuplement du cheptel entamé depuis l’année 2000.

Sur ce, il est revenu sur les actions que le Gouvernement du Burundi à travers le Ministère est en train de mener pour une bonne organisation de la filière lait. Il s’agit de:

La construction de 57 centres de collecte de lait d’une capacité de 59 500 litres dans certaines provinces pour que le lait de qualité soit bien produit, collecté et commercialisé ;

Le repeuplement du cheptel via la chaine de solidarité communautaire, appuyé par ses partenaires;

La distribution des boutures et des éclats de souches des cultures fourragères ainsi que les légumineuses afin de rendre disponible une alimentation équilibrée pour les animaux ;

Mise en fonction des agents communautaires de santé animale (ACSA) sur chaque colline pour assurer un suivi sanitaire régulier et un kit d’accompagnement leur a été donné.

Une plate forme interprofessionnelle nationale de la filière lait a été mise en place en 2018;

Un plan d’action national pour la gestion et l’amélioration génétique au Burundi a été élaboré en 2018.

Aussi, a-t-il indiqué, pour faciliter la mise en œuvre des politiques en matière d’élevage, des lois ont été mises en place notamment : (i) Une loi sur la police sanitaire le 24 décembre 2009 ; (ii) Une ordonnance ministérielle du 20 septembre 2017 relative aux conditions de production, de collecte, du transport du lait et produits laitiers destinés à la consommation humaine au Burundi et (iii) Une loi sur la stabulation permanente a été promulguée en octobre 2018.

Rappelons que les préparatifs de lancement de la JML ont eu lieu en province Gitega, commune Bugendana en date du 27 juin 2019 où le Secrétaire Permanent au Ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage accompagné des hauts Cadres du MINEAGRIE et quelques représentants des partenaires ont pu se rendre compte du circuit de collecte du lait depuis les ménages jusqu’au centre de collecte de lait (CCL).

Une séance de dégustation a été organisée et quelques enfants du milieu environnant ont eu la chance de savourer le lait produit localement.

Organic Food 

"Promouvoir l'intensification agricole basée sur la régionalisation des cultures pour une sécurité durable et la lutte contre la malnutrition."

Contact

  info(@) minagrie.gov.bi
  (00257) 22 22 20 87
  (00257) 22 22 20 87
  Adresse: Avenue Mwambutsa,N°, Ngagara;Quartier 4

Reste en contact