Présentation des réalisations du premier semestre : Le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage Dr Déo-Guide RUREMA a présenté aux médias les différentes réalisations pour le premier semestre du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage.

Le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage Dr Déo-Guide RUREMA a présenté aux médias les différentes réalisations pour le premier semestre du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage. Prenant la parole, il a d’abord rappelé que la mission fondamentale du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage est d’augmenter la production agricole et d’élevage en vue d’assurer la sécurité alimentaire pour tous et dégager un surplus pour la commercialisation. Il a ajouté que la vision du Ministère en charge de l’agriculture est de promouvoir l’intensification de la production agricole et d’élevage à travers la régionalisation des cultures. Pour y arriver, un plan d’action annuel articulé sur les principaux objectifs a été élaboré.

Parmi les différentes activités réalisées au cours du premier semestre de 2016, figurent le renforcement de la bonne gouvernance en participant aux travaux communautaires et encoordonnant les interventions du secteur agricole à travers l’organisation des réunions pour échanger avec les cadres et techniciens à différents échelons du Ministère.

Au niveau du cadre institutionnel, quelques lois ont été élaborées dont la loi interdisant la divagation du bétail et l’ordonnance portant transport, conservation et commercialisation du lait et produits laitiers élaborés ainsi que différents documents comme la Stratégie Agricole Nationale(SAN) pour la période de 2016 à 2025 et le Plan National d’Investissement Agricole(PNIA) pour la période de 2016 à 2020 qui ont été validés.

En matière de lutte antiérosive, les marais et les bassins versants ont été aménagés jusqu' à 99% , un protocole de lutte antiérosive a été élaboré et mis en œuvre à travers tout le pays, quatre ateliers régionaux pour sensibiliser la population et les autorités sur l’érosion ont été organisés. En ce qui concerne les fertilisants, le Ministre a indiqué que la distribution des engrais chimiques est en cours à travers le Programme National de Subvention des engrais au Burundi et 18 504,25 tonnes ont été déjà distribuées sur 21000 prévus.

Dans son programme de gestion post récolte, des hangars de stockage ont été contruits, des mini laiteries et des moulins ont été installés. Dans le cadre de la transformation des produits agricoles et d’élevage, des saucisses de Mukeke et de ndagala ont été produits à base de poissons. Au niveau de la recherche des nouvelles variétés et semences sélectionnées ont été disponibilisés. Il s'agi de: 4 variétés de pomme de terre, 2 variétés de blé, 5 variétés de riz tolérants aux basses températures, et 7 variétés de sorgho.        

Pour améliorer la visibilité des activités du Ministère, un site web a été créé et lancé officiellement, une de base de données a été constituée et les rapports hebdomadaires et mensuels ont été élaborés et transmis aux autorités hiérarchiques. Les émissions radiotélévisées ainsi que les spots ont été produites et diffusées à la RTNB et autres médias.

Le Ministre a terminé en signalant que les activités de ce premier trimestre ont été réalisées à un taux satisfaisant sauf celles dont leurs réalisations se sont heurtées aux contraintes liées aux changements climatiques. Pour faire face à ce problème, le Ministre a fait savoir que le Ministère est en train de faire la promotion des cultures résistantes à la sécheresse. Ainsi, quelques nouvelles variétés de patates douces, de maïs et de colocases sont en phases de recherche pour trouver celles résistantes à la sécheresse. En plus de cela , le Ministère a une vision très élargie de diversification des cultures où une cartographie a été mise en place pour savoir les principales cultures qui seront promues non seulement au niveau province mais aussi au niveau de chaque zone agro-écologique.

Présentation des réalisations du premier semestre 2017 : plan d’action exécuté à 62,60 %

Ce jeudi 20 juillet 2017, le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage M. Déo-Guide RUREMA a animé une conférence de presse sur les réalisations du premier semestre 2017.

Le Ministre lors de la présentation

Dans son mot introductif, le Ministre a fait savoir que chaque année, le Ministère élabore son plan d’action annuel qui fixe les objectifs et les résultats à atteindre.

Au cours de sa présentation, il est revenu sur quatre grandes catégories d’activités qui ont été réalisées à savoir (i) le renforcement de la bonne gouvernance, (ii) l’augmentation de la production agricole, (iii) la redynamisation de la recherche agronomique et post-récolte ainsi que (iv) la gestion post –récolte.

Pour le premier point, il a fait savoir que le Ministère a déjà produit six rapports sur les douze prévus et élaboré trois documents de planification qui sont (i) le Programme d’Investissement Public (PIP 2018-2020), (ii) le document de CDMT 2018-2020 et (iii) le rapport sur la mise en œuvre de la Déclaration de Malabo.

Dans le cadre de l’augmentation de la production agricole, le Ministre a insisté sur les réalisations par rapport aux cultures vivrières et cultures de rente dont le café, le thé, le coton et le palmier à huile où les résultats atteints sont encourageants.

Dans le domaine de l’élevage, il est revenu sur la promotion de la pisciculture intégrée, le repeuplement du cheptel et l’amélioration génétique.

S’agissant de la recherche, il a insisté sur de nouvelles techniques de production de semences, la production de vitro plants, les travaux de recherche menés pour identifier la cause des chenilles défoliantes, l’introduction de nouvelles espèces de cultures et la protection de certaines semences, légumes et tubercules en cours de disparition dont la colocase, les ignames, ortie, etc.

Enfin, il a terminé sa présentation en revenant sur la gestion post –récolte où des activités ont été menées en matière de construction des infrastructures d’appui à la gestion post-récolte, les études de faisabilité menées dans le cadre des unités de transformation du maracuja, banane et agrumes ainsi que la diffusion des bulletins d’analyse des produits couramment consommés.

Le Ministre a signalé d’autres activités menées en dehors du plan d’action notamment la disponibilisation des semences pour les provinces ayant été victimes de la longue sécheresse, l’identification des causes profondes de l’insécurité alimentaire chronique dans la province Kirundo, la formulation du projet régional de développement agricole intégré dans les Grands Lacs et la reformulation des documents stratégiques de secteur agricole dont la Stratégie Agricole Nationale (SAN) et le Programme National d’Investissement Agricole (PNIA).

Le Ministre se dit satisfait du taux de réalisations évalué à 62, 60%.

 

Protéger nos sols contre l’érosion pour garder leurs fertilités

Protéger nos sols contre l’érosion pour garder leurs fertilités

Parmi les problèmes majeurs qui hantent le secteur agricole figurent les problèmes liés aux changements climatiques pouvant accentuer l’érosion du sol. Pour lutter contre cette érosion dans le pays, le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage a élaboré un Protocole de lutte antiérosive et une Note sur l’intensification agricole basée sur la régionalisation des cultures. Les activités de lancement de la mise en œuvre de ce protocole ont été rehaussées par S.E Monsieur le Deuxième Vice-Président de la République du Burundi le 12 mars 2016 sur la colline Rwanda de la commune Makebuko, province Gitega. Dès lors, le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage en collaboration avec le Secrétariat Permanent du Conseil National de Sécurité a organisé des ateliers régionaux de vulgarisation de ces documents à l’endroit des agriculteurs et des responsables administratifs et techniques. Ces ateliers ont déjà eu lieu à Bubanza et à Ngozi.

                                                                                 

                                             Ouverture de l’atelier à Bubanza                                                                 Ouverture de l’atelier à Ngozi

A Bubanza, l’atelier a été ouvert par S.E Monsieur le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage et ont participé les provinces Bubanza, Cibitoke, Muramvya et Bujumbura-rural tandis qu’à Ngozi ont participé les provinces Kayanza, Ngozi, Kirundo et Muyinga.

Le présent atelier a eu lieu dans la province Makamba et a regroupé les provinces Makamba, Bururi ; Rumonge et Rutana.

Le Gouverneur de la province Makamba a indiqué que la population a déjà commencé les activités en rapport avec la protection du sol par la plantation des arbres, la lutte contre les feux de brousses et l’installation des pépinières pour la saison agricole prochaine (au total, 2.589.791 arbres ont été plantés). Pour lui, les activités de traçage de courbes de niveau vont contribuer à l’augmentation de la production agricole car les fertilisants utilisés par les agriculteurs seront protégés.

De son côté, le Secrétaire Permanent du Conseil National de Sécurité a indiqué dans son discours que la sécurité va de paire avec le développement et qu’il n’y a pas de développement dans un pays sans développer le secteur agricole. Il a fait savoir que parmi les missions du Secrétariat Permanent figure la mission de protéger la population contre tous les problèmes liés à la politique, l’économie, le social et l’environnement. Raison pour laquelle le Secrétariat Permanent a pris l’engagement d’accompagner le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage dans ce programme de protection de l’environnement.

 Dans son discours de circonstance, le Secrétaire Permanent au MINAGRIE a rappelé que le secteur agricole joue un rôle capital car plus de 90% de la population burundaise vit de l’agriculture  et que la grande partie de l’économie du Pays provient de l’agriculture et de l’Elevage. Malgré cela, ce secteur se heurte aux problèmes liés aux changements climatiques et les agriculteurs continuent les anciennes pratiques agricoles oubliant un travail important de protection du sol. Il a indiqué que les techniciens de terrain ont été formés pour à leur tour aider les agriculteurs dont ils sont plus proches. Cela n’étant pas suffisant, le MINAGRIE a décidé de former tous les membres des comités mixtes de sécurité ainsi que d’autres partenaires œuvrant dans le secteur agricole sur ce protocole ainsi que l’intensification agricole basée sur la régionalisation des cultures. Il a demandé à tous les participants de suivre attentivement et de mettre en application les leçons apprises dans le but d’augmenter la production.

                                                       

Photos des participants

Il a clôturé en remerciant le Secrétariat Permanent du Conseil National de Sécurité pour avoir accompagné le Ministère de l’Agriculture et de l’Eelevage dans ce programme de lutte contre l’érosion par le traçage des courbes de niveaux ainsi que l’augmentation de la production par l’intensification agricole basée sur la régionalisation des cultures. Cela montre qu’ils ont compris qu’en présence de la famine, il ne peut y avoir la sécurité. Il a également remercié tous les partenaires œuvrant dans le secteur agricole et leurs a demandé de continuer pour le développement de ce secteur.

Après ces discours les participants ont attentivement suivi les présentations des différents experts et des échanges fructueux ont enrichis les enseignements reçus. 


 

"Promouvoir l'intensification agricole basée sur la régionalisation des cultures pour une sécurité durable et la lutte contre la malnutrition."

Contact

  info(@) minagrie.gov.bi
  (00257) 22 22 20 87
  (00257) 22 22 20 87
  Adresse: Avenue Mwambutsa,N°, Ngagara;Quartier 4

Rester en contact