ATELIER DE DISSEMINATION DES RESULTATS DE RECHERCHE DU PROJET WATER LAND ECOSYSTEMS TRADE IN STAPLES (WALETS)

L’Assistant du Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage Madame Jacqueline NDAYIHANZAMASO a procédé ce jeudi, 3 novembre 2016 à l’ouverture d’un atelier de dissémination des résultats de recherche du projet Water Land Ecosystems Trade in Staples (WaLETS), organisé à l’intention des acteurs des secteurs diversifiés dont l’agriculture, l’eau, environnement etc.

                                          

                                                 L’Assistant du Ministre lorsde l’ouverture de l’atelier                                                           Photo de groupe

 

Dans son discours d’ouverture, l’Assistant du Ministre Mme Jacqueline NDAYIHANZAMASO a remercié la coordination du projet Kilimo Trust pour avoir préféré de tenir ces assises dans notre pays et le soutien financier accordé afin que cet atelier puisse s’organiser dans les conditions favorables.

 

Etant donné que la vision de ce projet cadre avec celle du Gouvernement du Burundi à travers le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage qui consiste en la transformation de l’agriculture de subsistance en une agriculture de marché, assurant un revenu décent aux ménages et soucieuse de l’environnement et de la bonne gestion des ressources, elle s’est réjoui du début de cette coopération en matière de recherche basée principalement sur trois cultures dont le riz, le maïs et le haricot.

Elle a terminé son allocution en demandant aux participants de suivre toutes les présentations pour la formulation des recommandations pratiques et des stratégies appropriées pour une appropriation de ces résultats surtout dans la recherche de solutions définitives à la sécurité alimentaire.

Signalons que le projet WALETS intervient dans les domaines de l’Eau, la Terre, les Ecosystèmes et les échanges commerciaux des produits Agricoles et œuvre dans les pays faisant partie de la communauté Est-Africaine.

Avaient participé à cet atelier les représentants des institutions de recherche, les privés œuvrant dans le secteur agricole, certaines associations féminines impliquées dans le développement du secteur agricole ainsi que certains cadres des Ministères techniques dont le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, le Ministère ayant en charge l’Environnement et celui en charge du Commerce.

ATELIER DE FORMATION SUR LES TECHNIQUES CHINOISES : Cinquante deux cadres du MINAGRIE ont été bénéficiaires

Ce mardi 30 août 2016, le Secrétaire Permanent au Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage Ir Séverin BAGORIKUNDA a procédé à l’ouverture d’un atelier de formation organisé à l’intention des cadres de ce Ministère sur les techniques agricoles chinoises pour renforcer leurs capacités dans les domaines diversifiés de ce secteur.

        

De droite à gauche, le SP et CEC lors de l’ouverture                                           Photo de groupe

Dans son allocution, le Conseiller Economique et Commercial à l’Ambassade de la République Populaire de Chine M. LU JUN est revenu sur la coopération bilatérale entre le Burundi et la Chine dans le domaine des renforcements des capacités et d’autres actions déjà menées et en cours de réalisation dans notre pays.

Prenant la parole, le Secrétaire Permanent a remercié au nom du Gouvernement du Burundi le Gouvernement chinois pour les appuis déjà accordés à notre pays en général et au Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage en particulier. Concernant cette formation organisée au Burundi et une autre en cours en Chine où une vingtaine de cadres sont partis pour une durée de trois semaines dans le but du renforcement des capacités en matière d’agriculture et d’élevage, il a indiqué que ces formations viennent à point nommé du fait que le renforcement des capacités est une priorité du Ministère.

Enfin, il a interpelé les participants de bien suivre cette formation en vue de pouvoir appliqués sur terrain les leçons apprises notamment sur l’amélioration de la connaissance dans le domaine du riz, du sol et des engrais, en mécanisation agricole, santé animale, élevage, en aquaculture ainsi que dans l’élevage des poussins ; les mesures de prévention et de contrôle des maladies courantes au Burundi ; maitrise des facteurs qui conditionnent l’augmentation de la capacité de production en aquaculture, en élevage ainsi que ceux conditionnant la maîtrise des maladies animales.

Signalons qu’avant cette formation, tous les participants ont été conviés à une visite de terrain à la COGERCO, à Mugerero et à la Direction des Eaux, Pêche et Aquaculture.

A la COGERCO, il était question de se rendre compte du matériel chinois en stock, à Mugerero, l’état d’avancement des champs de démonstration de deux variétés du riz (super riz et du riz hybride) et des légumes installés par ces experts et, enfin, à la Direction des Eaux, Pêche et Aquaculture, voir l’état de lieux de certaines espèces de poisson installées dans les étangs piscicoles.

Atelier de formation des leaders ...

Ouvert en date du 27 janvier 2016 à Bujumbura par le Secrétaire Permanent au Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage M. BAGORIKUNDA Sévérin, l’atelier de formation des leaders communautaires sur « la prévention et gestion des risques de catastrophes » a vu la participation des administrateurs communaux et agronomes communaux des provinces de Cibitoke, Kayanza, Kirundo, Makamba, Ruyigi, Rumonge et Gitega à raison des trois agronomes et trois administrateurs par province. Au total 38 personnes ont participé relevant de trois communes de chaque province.
L
De Droite à gauche Madame Marie Goreth HICIMANA, Coordinatrice nationale du PROJET ; M. le Secrétaire Permanent au MINAGRIE, Sévérin BAGORIKUNDA et M. Gibert NSENGIYUMVA de la FAO lors de l’ouverture de l’atelier
Dans son discours d’ouverture de cet atelier qui a duré deux jours du 27 au 28 janvier 2016, le Secrétaire Permanent est revenu sur l’objectif du projet qui est de contribuer au renforcement des capacités des structures décentralisées du MINAGRIE et des leaders de la communauté de base pour la prise en compte des risques de catastrophes dans leurs efforts de lutte contre la malnutrition et l’insécurité alimentaire.
Il a indiqué que le Burundi est souvent confronté aux différents risques et catastrophes naturelles dont les perturbations météorologiques extrêmes, les incendies de marchés, les inondations, glissement de terrain, maladies des plantes et de bétail, etc.

Il a fait savoir que c’est dans ce cadre que, sur financement de la FAO dont l’enveloppe s’élève à deux cent cinq neuf mille de dollars américains(259 000 $), le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage a mis en œuvre depuis novembre 2014 un projet de Coopération Technique (TCP/BDI/3501) intitulé « Appui aux renforcements des capacités de résilience de la population à travers une mise en place d’un système de prévention et de gestion des risques de catastrophes à base communautaire dans le secteur de la sécurité alimentaire », dont la clôture était prévu au mois de décembre 2015 mais suite à certaines contraintes liées à son démarrage, le projet été prolongé de trois mois et prendra fin en date du 31 mars 2016.

Il a clôturé son allocution en remerciant la FAO pour ce financement tout en souhaitant aux participants des travaux fructueux.

Quant à la Coordinatrice nationale du projet et Conseillère au Cabinet du Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, Madame Marie Goreth HICIMANA, lors de sa présentation, elle s’est réjouie des réalisations dont l’exécution est de 73% et le taux de décaissement de 74%.

Parmi les réalisations, elle leur a fait savoir que le projet a produit un bulletin diffusé aux différents partenaires clés y compris les Gouverneurs de Province qui à leur tour transmettent les messages jugés importants.

Revenant sur la tenue tardive de cette formation qui se tient deux mois avant la clôture du projet, elle a indiqué que ce retard a été dû au contexte actuel du pays mais que cette formation est venue à point nommé étant donné que le pays fait face actuellement à des effets liés aux catastrophes naturelles. Pour elle, cette formation servira de base dans la planification des actions à mener dans le cadre des plans Communautaires de Développement Communaux (PCDC).
Signalons qu’à l’issue de cette formation qui était axée sur deux thèmes dont les changements climatiques au Burundi, causes et conséquences, la prévention des risques et gestions des catastrophes, un kit constitué de 19 mégaphones a été remis par le Secrétaire Permanent aux administrateurs après la clôture de l’atelier qui leur permettra la mobilisation de la population et la transmission des messages en cas des situations catastrophiques éventuelles.

 


 

"Promouvoir l'intensification agricole basée sur la régionalisation des cultures pour une sécurité durable et la lutte contre la malnutrition."

Contact

  info(@) minagrie.gov.bi
  (00257) 22 22 20 87
  (00257) 22 22 20 87
  Adresse: Avenue Mwambutsa,N°, Ngagara;Quartier 4

Rester en contact