AUDIENCE ACCORDEE PAR LE MINISTRE DE L’AGRICULTURE ET DE L’ELEVAGE A UNE DELEGATION DE LA FAO

En date du 19 juillet 2016, le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, Monsieur Déo-Guide RUREMA, a rencontré une délégation de la FAO conduite par Monsieur OUMAR DIALL, fonctionnaire chargé d’élevage au niveau sous-régional FAO, Afrique de l’Est.

L’équipe rencontrée par le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage

L’objet de la rencontre était d’échanger sur deux projets de coopération technique (TCP) financés par la FAO et mis en œuvre par le Ministère de l'Agriculture et de l'Elevage. Il s'agit d'un Projet TCP/BDI/3501 en matière de la mise en place d'un système d'information et d'alerte précoce et renforcement des capacités de résilience de la population et d'un projet TCP en matière agricole et d’élevage (le poulailler et les Kitchen Garden).

Monsieur Diall a parlé brièvement de ces deux projets commençant par le projet sur la résilience climatique qui comprend deux composantes à savoir l’alerte précoce et la caisse de résilience. Concernant la résilience, Monsieur Diall a indiqué que le projet a été bien exécuté et que le système est bien fonctionnel. La caisse de résilience constitue une composante de préparation et de réponse aux problèmes et vient pour diversifier les sources de revenus des ménages, a-t-il ajouté. L’exemple donné est celui de quatre moulins achetés dans ce cadre et mis à la disposition des ménages regroupés en association. Selon Monsieur Diall, il reste à voir les mécanismes pour la pérennisation des acquis.

S’agissant du projet de poulailler et de Kitchen Garden, il a signalé que ce projet vise l’amélioration de la nutrition et des revenus des ménages. Ce projet comprend lui aussi deux composantes dont la composante poulailler et la composante potager. Ainsi 9000 poules dont 2500 déjà distribuées et 2500 potagers ont été envisagées dans le cadre de la lutte contre la malnutrition.

Monsieur Diall a également annoncé au Ministre qu’il va organiser une descente sur terrain pour se rendre contre compte de l’état des lieux des réalisations dans le cadre de ces projets, afin d’arrêter ensemble, avec le Ministère, les recommandations en vue de la pérennisation des acquis.

Le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, a rassuré la délégation qu’il partage les mêmes préoccupations que la FAO, précisant que le souci majeur est les moyens financiers et humains pour faire face aux défis. Il a alors demandé qu’il y ait une bonne collaboration et l’implication de toutes les parties prenantes en vue d’une complémentarité dans l’action.

Conscient du phénomène lié aux changements climatiques, il a réitéré l’adage selon lequel "il vaut mieux prévenir que guérir", indiquant ainsi qu’il faut renforcer le système d’alerte précoce et dans les prévisions, tenir compte de la gestion de l’eau provenant des inondations. Il faudra donc élaborer un plan de contingence qui permettra de mieux faire face aux défis.

Avant la clôture de la séance, le Ministre a demandé à la délégation de lui partager les résultats de la visite afin de voir ensembles les voies de pérennisation des acquis de ces projets.

Audience au cabinet du ministre

AUDIENCE AU CABINET DU MINISTRE

Le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage Dr Déo-Guide RUREMA a reçu en audience ce vendredi  1er avril 2016 Monsieur  le Représentant de la Banque Mondiale, Nestor COFFI. L’objet de l’audience était la prise  de contact mais aussi d’échanger sur  la participation du Ministre aux réunions de Printemps de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International qui se tiendront  à Washington D.C du 10 au 20 avril 2016.

              

Photo de famille                                                        Le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage lors de l’audience                

Prenant la parole, le Ministre lui a indiqué qu’il voulait le recevoir afin de se connaitre après sa nomination à ce poste. Il lui a aussi fait savoir qu’il veut qu’on  échange sur  la prochaine mission à Washington relative aux projets financés par  la  Banque Mondiale (Projet café et le Projet Régional   de Développement Intégré dans la plaine de l’Imbo) ainsi que l’extension  du projet PRODEMA.

A son tour, le Représentant de la Banque Mondiale,   a apprécié cette initiative tout en indiquant que la situation dans le pays a évolué et qu’il vient d’effectuer une mission à Washington pour faire le plaidoyer en faveur du Burundi. Il a indiqué qu’il a essayé de plaider  pour l’avancement surtout du Projet café et qu’il a profité de l’occasion pour échanger sur l’extension de la date de clôture du PRODEMA et l’exécution du projet régional dans la phase I qui malheureusement a échoué, il est programmé pour la deuxième phase. 

Il lui a indiqué qu’il y a aussi certains points qui nécessitent une attention particulière dont la disponibilisation des fertilisants, la réponse à la résilience,  la protection du sol ainsi que  le volet nutrition. Il lui a demandé en outre de se munir  du document en rapport avec la  demande de financement (15 M $) élaboré par le Gouvernement du Burundi pour les dégâts occasionnés par le phénomène de EL NINO sur l’agriculture sans oublier de projeter sur EL NINA.

Il a terminé son intervention en lui  demandant de voir comment approfondir  tous ces aspects lors de sa prochaine mission.

 

 

Audience au cabinet du ministre

AUDIENCE AU CABINET DU MINISTRE

Le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage Dr Déo-Guide RUREMA a reçu en audience ce vendredi 1er avril 2016 l’Ambassadeur de Belgique au Burundi, Dr Martinus Desmet, chargé d’Affaires a.i à l’Ambassade de Belgique. Il était accompagné par Madame Delphine     PERREMANS, attaché à la coopération.

Les échanges ont porté sur la réorientation de la coopération entre le Burundi et le Royaume de Belgique face à la situation actuelle.

                      Le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage lors de l’audience

Monsieur l’Ambassadeur a apprécié les activités de terrain faites par le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage. Il lui a informé que désormais, en matière de coopération dans le domaine agricole, la coopération devra rendre compte au  Ministère des Relations Extérieures et de la Coopération, tout en indiquant que le Ministère technique sera consulté pour la mise en œuvre des activités sur terrain par les ONGs ayant trait à l’appui de la population.

 Le Ministre lui a fait savoir que cette orientation est complexe au moment où c’est le Ministère qui est chargé de la mise en œuvre des plans de développement élaborés conjointement avec les Partenaires Techniques et Financiers. L’exemple frappant, évoqué par le Ministre, est l’arrêt des appuis institutionnels à  l’Office de Contrôle et de Certification des Semences  et la coupure de la connexion internet.

Il leur a invité d’être objectif et non subjectif et de réfléchir encore sur cette approche afin de maximiser les résultats sur terrain étant donné que c’est le Ministère qui sera redevable  et non ces ONGs.

Selon lui, celui  qui veut accompagner le Ministère devra joindre l’aspect théorique à la pratique en privilégiant surtout quatre  aspects dont la gestion de la fertilité du sol, l’utilisation des semences sélectionnés, la protection des sols cultivables et l’intensification agricole basée sur la régionalisation des cultures.


 

"Promouvoir l'intensification agricole basée sur la régionalisation des cultures pour une sécurité durable et la lutte contre la malnutrition."

Contact

  info(@) minagrie.gov.bi
  (00257) 22 22 20 87
  (00257) 22 22 20 87
  Adresse: Avenue Mwambutsa,N°, Ngagara;Quartier 4

Rester en contact