ATELIER NATIONAL SUR L’ELABORATION ET LA VALIDATION DE LA STRATEGIE DE LA SANTE ANIMALE

Ce vendredi, 2 décembre 2016 à Bujumbura, le Directeur Général de l’Elevage M. NKURUNZIZA Serge a procédé à l’ouverture d’un atelier national sur l’élaboration et la validation de la stratégie de la santé animale.

Ont participé à cet atelier le Directeur Général de la Mobilisation pour l’Auto-Développement et la Vulgarisation Agricoles, le Directeur Général de la Planification Agricole et de l’Elevage, tous les Directeurs Provinciaux de l’Agriculture et médecins provinciaux, les Directeurs de différentes directions, les Cadres du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage ainsi que les représentants des éleveurs.

Ont rehaussé de leur présence également ces travaux, le Représentant de l’Union Africaine Dr. AZIZ Abdulazig, Dr. William Olaho et Dr. Paul Chacha, tous deux du Secrétariat de la Communauté Est Africaine.

                                                  De gauche à droite, le Représentant du Directeur                                                                  Participants

                                        de la Santé Animale, le DGE, le Représentant de l’UA et EAC                      

Le Directeur Général dans son allocution a remercié l’Union Africaine pour avoir initié le Programme de Gouvernance Vétérinaire VETGOV sans oublier le Secrétariat de l’EAC pour la coordination de la mise en œuvre de ce programme au niveau régional.

Dans son discours tout en saluant cette œuvre louable de l’élaboration et la validation de la stratégie sur la santé animale en cours, il est revenu sur certains documents en faveur de l’élevage qui sont en phases de finalisation pour validation dont notamment la Politique Nationale de l’Elevage, le Plan National d’Investissement dans le Secteur de l’Elevage (PNISE), les projets de lois relatives à la stabulation permanente et à l’interdiction de la divagation du bétail et de la volaille ainsi que leurs textes d’accompagnement.

Revenant sur l’objectif global de l’atelier, il a indiqué qu’il va permettre l’élaboration et la validation d’une stratégie de santé animale qui est cohérente aux normes (standards) de l’OIE visant à soutenir le secteur de l’élevage afin qu’il puisse contribuer efficacement à l’économie nationale et l’amélioration de la sécurité alimentaire.

Sur ce, il a invité tous les participants à contribuer pour l’élaboration de ce document afin d’aboutir aux recommandations qui vont conduire à l’atteinte des objectifs fixés.

Il a terminé son allocution en remerciant l’Union Africaine à travers le Bureau Interafricain des Ressources Animales( UA-BIRA) pour avoir financé la tenue de cet atelier sans oublier d’autres Partenaires Techniques et Financiers pour les appuis multiformes accordés à notre pays pour le développement du secteur de l’élevage.

Signalons que la stratégie a une validité de cinq ans (2017-2022) et que cet atelier va durer six jours du 2 au 7 décembre 2016.

Atelier sur l’élevage : Le Plan d’Action National pour la gestion et l’amélioration des Ressources Zoo-Génétiques (PAN-RZG) au Burundi, création et opérationnalisation des associations d’éleveurs, une lueur d’espoir pour une redynamisation du secteur de

Atelier sur l’élevage : Le Plan d’Action National pour la gestion et l’amélioration des Ressources Zoo-Génétiques (PAN-RZG) au Burundi, création et opérationnalisation des associations d’éleveurs, une lueur d’espoir pour une redynamisation du secteur de l’élevage

Le Secrétaire Permanent au Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, Monsieur BAGORIKUNDA Sévérin a procédé ce mardi 07 juin 2016, à l’ouverture d’un atelier d’information et de sensibilisation des parties prenantes sur le Plan d’Action National pour la gestion et l’amélioration des Ressources Zoo-Génétiques (PAN-RZG) au Burundi et des programmes d’amélioration génétique des bovins et des caprins qui en découlent.

Cet atelier a vu la participation des cadres du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, des chercheurs, des représentants des projets et programmes, des consultants nationaux et internationaux ainsi que les représentants des associations d’éleveurs.

              

         De gauche à droite, la DSIA, le SP et le DGE                                                      Photos   de groupe

Dans son discours d’ouverture, le Secrétaire Permanent est revenu sur l’importance de l’élevage surtout en milieux rural, qui est le point de départ de tout développement et générant ainsi d'emploi. Il a beaucoup insisté sur l’importance d’appuyer le milieu rural afin de quitter l’élevage en divagation et y développer l’élevage semi-intensif et intensif pour contribuer efficacement à la sécurité alimentaire et à la lutte contre la pauvreté.

Il n’a pas oublié de mentionner certains défis liés à ce secteur dont notamment une vielle législation, un effectif incertain d’animaux d’élevage et leur degré de croisement, un nombre insuffisant du personnel qualifié dans le domaine et enfin lemanque de structuration des associations d’éleveurs.

Pour remédier à ces défis mais aussi dans le souci de permettre au Burundi de mettre en œuvre le Plan d’Action Mondial qu’il a adopté en septembre 2007 avec les 108 autres pays, il a indiqué que le Gouvernement du Burundi à travers le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage a sollicité et obtenu un appui technique et financier de la part de la FAO, pour la mise en œuvre du projet PAN-RZG qui offrira une vision à moyen et long termes et permettra d’avoir des actions cohérentes et concertées avec toutes les parties prenantes dans la gestion des ressources zoo-génétiques au Burundi.

A la fin de l’atelier, des recommandations ont été formulées à l’endroit du Gouvernement, des partenaires financiers et techniques et des éleveurs pour que la création des associations des éleveurs soit une réalité au Burundi et le Plan d’Action National pour la gestion et l’amélioration des Ressources Zoo-Génétiques (PAN-RZG) soit mis en œuvre.

Signalons que l’atelier a duré deux jours du 7 au 8 juin 2016 et a été clôturé par le Secrétaire Permanent au Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage.

Audiance d'une délégation du FIDA

En date du 07 janvier 2016, le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage Dr Déo-Guide RUREMA a reçu en audience une délégation du Fond International de Développement Agricole (FIDA) conduite par la représentante du FIDA au Burundi, Ben Zyd Rin. L’objet de cette visite était de lui informer de la formulation d’un projet de microfinance appelé : « Projet d’Appui à l’Inclusion Financière Agricole au Burundi » qui facilitera le développement des filières que le FIDA finance et mis en œuvre par le Gouvernement.
Ben,Zyd Rin a également précisé que le FIDA organise une visite dans les zones d’interventions des coopératives et microfinances de Bubanza, Muramvya, Ngozi, Gitega et Karusi pour s’enquérir de leur situation.
Prenant la parole, le Ministre a remercié le FIDA pour l’aide qu’il ne cesse de procurer au Ministère et a ajouté que les résultats des projets du FIDA sont visibles sur terrains. Il a indiqué que le Ministère est en train d’élaborer une note d’orientation qui va consister à réorganiser la production pour faire l’intensification agricole basée sur la régionalisation.

Le Ministère compte aussi réorganiser la population au sein des coopératives pour qu’elle maîtrise les circuits de production et de commercialisation et ce projet d’appui à l’inclusion financière sera bénéfique non seulement pour la population appuyée par le FIDA mais aussi un stimulus pour les autres institutions financières. A ajouté Monsieur le Ministre.
Concernant ce projet dit d’innovation et important par Monsieur le Ministre, il a fait savoir qu’on ne peut pas développer en créant des ilots et a demandé à la délégation de créer un bloc pour faciliter une interaction entre les microfinances afin d’acheminer la population dans un même système de développement car ce bloc facilitera dans la sensibilisation de la population ainsi que dans le suivi-évaluation.
Le Ministre a terminé en demandant de revoir le taux d’application d’intérêt pour aider l’agriculteur car les taux appliqués maintenant dans les différents microfinances sont très élevés mais aussi de privilégier la synergie dans l’élaboration de ce projet.


 

"Promouvoir l'intensification agricole basée sur la régionalisation des cultures pour une sécurité durable et la lutte contre la malnutrition."

Contact

  info(@) minagrie.gov.bi
  (00257) 22 22 20 87
  (00257) 22 22 20 87
  Adresse: Avenue Mwambutsa,N°, Ngagara;Quartier 4

Rester en contact