Atelier sur l’élevage : Le Plan d’Action National pour la gestion et l’amélioration des Ressources Zoo-Génétiques (PAN-RZG) au Burundi, création et opérationnalisation des associations d’éleveurs, une lueur d’espoir pour une redynamisation du secteur de

Atelier sur l’élevage : Le Plan d’Action National pour la gestion et l’amélioration des Ressources Zoo-Génétiques (PAN-RZG) au Burundi, création et opérationnalisation des associations d’éleveurs, une lueur d’espoir pour une redynamisation du secteur de l’élevage

Le Secrétaire Permanent au Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, Monsieur BAGORIKUNDA Sévérin a procédé ce mardi 07 juin 2016, à l’ouverture d’un atelier d’information et de sensibilisation des parties prenantes sur le Plan d’Action National pour la gestion et l’amélioration des Ressources Zoo-Génétiques (PAN-RZG) au Burundi et des programmes d’amélioration génétique des bovins et des caprins qui en découlent.

Cet atelier a vu la participation des cadres du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, des chercheurs, des représentants des projets et programmes, des consultants nationaux et internationaux ainsi que les représentants des associations d’éleveurs.

              

         De gauche à droite, la DSIA, le SP et le DGE                                                      Photos   de groupe

Dans son discours d’ouverture, le Secrétaire Permanent est revenu sur l’importance de l’élevage surtout en milieux rural, qui est le point de départ de tout développement et générant ainsi d'emploi. Il a beaucoup insisté sur l’importance d’appuyer le milieu rural afin de quitter l’élevage en divagation et y développer l’élevage semi-intensif et intensif pour contribuer efficacement à la sécurité alimentaire et à la lutte contre la pauvreté.

Il n’a pas oublié de mentionner certains défis liés à ce secteur dont notamment une vielle législation, un effectif incertain d’animaux d’élevage et leur degré de croisement, un nombre insuffisant du personnel qualifié dans le domaine et enfin lemanque de structuration des associations d’éleveurs.

Pour remédier à ces défis mais aussi dans le souci de permettre au Burundi de mettre en œuvre le Plan d’Action Mondial qu’il a adopté en septembre 2007 avec les 108 autres pays, il a indiqué que le Gouvernement du Burundi à travers le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage a sollicité et obtenu un appui technique et financier de la part de la FAO, pour la mise en œuvre du projet PAN-RZG qui offrira une vision à moyen et long termes et permettra d’avoir des actions cohérentes et concertées avec toutes les parties prenantes dans la gestion des ressources zoo-génétiques au Burundi.

A la fin de l’atelier, des recommandations ont été formulées à l’endroit du Gouvernement, des partenaires financiers et techniques et des éleveurs pour que la création des associations des éleveurs soit une réalité au Burundi et le Plan d’Action National pour la gestion et l’amélioration des Ressources Zoo-Génétiques (PAN-RZG) soit mis en œuvre.

Signalons que l’atelier a duré deux jours du 7 au 8 juin 2016 et a été clôturé par le Secrétaire Permanent au Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage.

Audiance d'une délégation du FIDA

En date du 07 janvier 2016, le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage Dr Déo-Guide RUREMA a reçu en audience une délégation du Fond International de Développement Agricole (FIDA) conduite par la représentante du FIDA au Burundi, Ben Zyd Rin. L’objet de cette visite était de lui informer de la formulation d’un projet de microfinance appelé : « Projet d’Appui à l’Inclusion Financière Agricole au Burundi » qui facilitera le développement des filières que le FIDA finance et mis en œuvre par le Gouvernement.
Ben,Zyd Rin a également précisé que le FIDA organise une visite dans les zones d’interventions des coopératives et microfinances de Bubanza, Muramvya, Ngozi, Gitega et Karusi pour s’enquérir de leur situation.
Prenant la parole, le Ministre a remercié le FIDA pour l’aide qu’il ne cesse de procurer au Ministère et a ajouté que les résultats des projets du FIDA sont visibles sur terrains. Il a indiqué que le Ministère est en train d’élaborer une note d’orientation qui va consister à réorganiser la production pour faire l’intensification agricole basée sur la régionalisation.

Le Ministère compte aussi réorganiser la population au sein des coopératives pour qu’elle maîtrise les circuits de production et de commercialisation et ce projet d’appui à l’inclusion financière sera bénéfique non seulement pour la population appuyée par le FIDA mais aussi un stimulus pour les autres institutions financières. A ajouté Monsieur le Ministre.
Concernant ce projet dit d’innovation et important par Monsieur le Ministre, il a fait savoir qu’on ne peut pas développer en créant des ilots et a demandé à la délégation de créer un bloc pour faciliter une interaction entre les microfinances afin d’acheminer la population dans un même système de développement car ce bloc facilitera dans la sensibilisation de la population ainsi que dans le suivi-évaluation.
Le Ministre a terminé en demandant de revoir le taux d’application d’intérêt pour aider l’agriculteur car les taux appliqués maintenant dans les différents microfinances sont très élevés mais aussi de privilégier la synergie dans l’élaboration de ce projet.

AUDIENCE ACCORDEE PAR LE MINISTRE DE L’AGRICULTURE ET DE L’ELEVAGE A UNE DELEGATION DE LA FAO

En date du 19 juillet 2016, le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, Monsieur Déo-Guide RUREMA, a rencontré une délégation de la FAO conduite par Monsieur OUMAR DIALL, fonctionnaire chargé d’élevage au niveau sous-régional FAO, Afrique de l’Est.

L’équipe rencontrée par le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage

L’objet de la rencontre était d’échanger sur deux projets de coopération technique (TCP) financés par la FAO et mis en œuvre par le Ministère de l'Agriculture et de l'Elevage. Il s'agit d'un Projet TCP/BDI/3501 en matière de la mise en place d'un système d'information et d'alerte précoce et renforcement des capacités de résilience de la population et d'un projet TCP en matière agricole et d’élevage (le poulailler et les Kitchen Garden).

Monsieur Diall a parlé brièvement de ces deux projets commençant par le projet sur la résilience climatique qui comprend deux composantes à savoir l’alerte précoce et la caisse de résilience. Concernant la résilience, Monsieur Diall a indiqué que le projet a été bien exécuté et que le système est bien fonctionnel. La caisse de résilience constitue une composante de préparation et de réponse aux problèmes et vient pour diversifier les sources de revenus des ménages, a-t-il ajouté. L’exemple donné est celui de quatre moulins achetés dans ce cadre et mis à la disposition des ménages regroupés en association. Selon Monsieur Diall, il reste à voir les mécanismes pour la pérennisation des acquis.

S’agissant du projet de poulailler et de Kitchen Garden, il a signalé que ce projet vise l’amélioration de la nutrition et des revenus des ménages. Ce projet comprend lui aussi deux composantes dont la composante poulailler et la composante potager. Ainsi 9000 poules dont 2500 déjà distribuées et 2500 potagers ont été envisagées dans le cadre de la lutte contre la malnutrition.

Monsieur Diall a également annoncé au Ministre qu’il va organiser une descente sur terrain pour se rendre contre compte de l’état des lieux des réalisations dans le cadre de ces projets, afin d’arrêter ensemble, avec le Ministère, les recommandations en vue de la pérennisation des acquis.

Le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, a rassuré la délégation qu’il partage les mêmes préoccupations que la FAO, précisant que le souci majeur est les moyens financiers et humains pour faire face aux défis. Il a alors demandé qu’il y ait une bonne collaboration et l’implication de toutes les parties prenantes en vue d’une complémentarité dans l’action.

Conscient du phénomène lié aux changements climatiques, il a réitéré l’adage selon lequel "il vaut mieux prévenir que guérir", indiquant ainsi qu’il faut renforcer le système d’alerte précoce et dans les prévisions, tenir compte de la gestion de l’eau provenant des inondations. Il faudra donc élaborer un plan de contingence qui permettra de mieux faire face aux défis.

Avant la clôture de la séance, le Ministre a demandé à la délégation de lui partager les résultats de la visite afin de voir ensembles les voies de pérennisation des acquis de ces projets.


 

"Promouvoir l'intensification agricole basée sur la régionalisation des cultures pour une sécurité durable et la lutte contre la malnutrition."

Contact

  info(@) minagrie.gov.bi
  (00257) 22 22 20 87
  (00257) 22 22 20 87
  Adresse: Avenue Mwambutsa,N°, Ngagara;Quartier 4

Rester en contact