ATELIER DE FORMATION SUR LA REPRODUCTION DU POISSON « CLARIAS GARIEPINUS »

Ce mardi, 29 novembre 2016 en province Ngozi, commune Mwumba, la Directrice des Eaux, Pêche et Aquaculture Madame Léonie NZEYIMANA a procédé à l’ouverture d’un atelier de formation sur la reproduction du poisson « Clarias gariepinus » où une vingtaine des participants sont bénéficiaires.

Parmi ces participants, figurent les représentants des associations ayant le volet pisciculture dans leurs activités, les techniciens agronomes et vétérinaires de trois communes dont Mwumba, Gashikanwa et Busiga ( province Ngozi), un zootechnicien travaillant en privé ainsi que deux cadres de cette Direction.

                                                               De gauche à droite,Madame Léonie NZEYIMANA et                              Participants à la formation

                                                      le formateur M. NIYIMPAYE Jean de Dieu lors de l’ouverture

La Directrice dans son discours de circonstance est revenu sur l’importance du poisson dans l’alimentation des ménages en général et de la pisciculture en particulier où cette dernière est source des revenus et cela contribue à l’amélioration des conditions de vie de la population.

Revenant sur l’alimentation, elle a fait savoir que le poisson constitue une source des protéines et ne cause aucun effet néfaste à la santé humaine contrairement à la viande.

Enfin, elle a invité tous les participants à bien suivre cette formation qui va durer sept jours du 29 novembre au 5 décembre 2016.

Prenant la parole, le formateur M. NIYIMPAYE Jean de Dieu est revenu sur les thèmes de cette formation qui se focaliseront sur les techniques de reproduction artificielle de l’espèce « Clarias gariepinus », la conduite de la pisciculture en étangs, l’alimentation et nutrition des poissons et enfin l’aménagement des étangs piscicoles.

Lors des échanges, il a été constaté que les participants avaient besoin de cette formation étant donné que malgré qu’ils fussent les vrais pratiquants n’arrivaient pas à une bonne capture.

Signalons que cette formation se déroule dans une parcelle du nommé Dismas HAVYARIMANA, un pisciculteur moderne de la province. Et, dans cette parcelle, le Ministère de l’Agriculture et de l’élevage à travers la Direction des Eaux, Pêche et Aquaculture a érigé une écloserie contenant des bacs de stockage et deux fours pour le fumage du poisson.

                                        

Bac de stockage des poissons

ATELIER DE LANCEMENT DE L’INITIATION DE LA PLATEFORME NATIONALE LAITIERE : le PRODEFI prend les devants

En date du 14 au 15 décembre 2016 à Bujumbura, le Secrétaire Permanent au Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage M. Bagorikunda Séverin a procédé à l’ouverture d’un atelier de lancement de l’initiation de la plate forme laitière.  

Ont participé à cet atelier, la Représentante du FIDA au Burundi, Rym Ben Zid, les hauts cadres du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, les coordonnateurs des projets et programmes, les responsables des institutions œuvrant dans le secteur de l’élevage ainsi que les représentants des éleveurs.   

  De gauche à droite participants à l’atelier, Coordonnateur du PRODEFI, SP      

       et Représentante du FIDA lors du discours d’ouverture        

Dans son discours d’ouverture, le Secrétaire Permanent a remercié le FIDA et son Programme de Développement des Filières (PRODEFI), pour avoir initié cet heureux événement tout en revenant sur le rôle que joue la vache dans l’économie nationale et dans la vie quotidienne des ménages pauvres.

Il est revenu sur les actions déjà menées par le  Gouvernement avec l’appui de ses Partenaires Techniques et Financiers dans le programme de repeuplement du cheptel. Grâce à ce programme, plus de 27.000 têtes de bovins ont été distribués dans les différentes provinces et plus de 40 centres de collecte du lait ont été  construits ou sont en chantier sur tout le territoire national comme mesure d’accompagnement. Il n’a pas oublié de parler de  l’usine Modern Dairy Burundi qui vient d’ouvrir ses portes pour produire du lait UHT.

Il a en outre encouragé tous les acteurs à chaque maillon,  à aller de l’avant afin d’apporter leur pierre à l’édifice de transformation de  la filière laitière du Burundi vers une chaîne de valeurs dynamique, innovante, orientée vers le marché et compétitive sur le plan régional à moyens termes et cela à travers un processus de changement de pratiques ou de modes de production par introduction de facteurs innovants. 

Signalons que lors de la clôture de cet atelier en date du 15 décembre 2016, le Secrétaire Permanent a interpellé les concernés à se mettre à l’œuvre pour rendre opérationnelle cette plate forme laitière en tenant compte de toutes les provinces du pays, et non uniquement dans la zone couverte par les projets et programmes FIDA.

À  cet effet, une équipe restreinte sera désignée par le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage le plus rapidement possible afin d’analyser les modalités pour la mise en œuvre  de cette plateforme pour l’intérêt de tous les acteurs dans la chaine de valeur laitière.

ATELIER DE LANCEMENT OFFICIEL DES ACTIVITES DU PROJET TCP

En date du 20 décembre 2016 à Bujumbura, le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage M. Déo –Guide RUREMA a procédé au lancement officiel des activités du projet de coopération technique « Contribution à l’augmentation de la productivité animale à travers l’amélioration de l’alimentation du bétail auprès des ménages ».

De gauche à droite photo de groupe, Ministre et Représentante du FIDA lors du discours de lancement

Dans son mot de bienvenue, la Représentante du FIDA au Burundi Rym Ben Zid a réitéré l’engagement de la FAO à soutenir le Gouvernement du Burundi dans sa noble tâche de vaincre la faim et la pauvreté. Elle s’est réjouie de ce projet qui vient en complément aux activités de repeuplement du cheptel faites par les projets et programmes du FIDA étant donné que ce projet va contribuer à l’alimentation du bétail.

Le Ministre Déo-Guide prenant la parole pour procéder au lancement officiel de ce projet, a remercié la FAO au nom du Gouvernement du Burundi  pour avoir accepté  de financer cette requête de financement de ce projet qui va contribuer à l’amélioration des performances zootechniques du cheptel.

Il est revenu sur les efforts particuliers entrepris par le Gouvernement du Burundi à travers le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage pour que l’élevage puisse  contribuer efficacement  et  de façon significative à la croissance de  l’économie Burundaise et  subséquemment à  la lutte contre la pauvreté.

Ces efforts se focalisent dans  le repeuplement du cheptel par l’importation et la distribution à travers la chaîne de solidarité communautaire; la réhabilitation et le repeuplement des stations de recherche de l'Etat de Mahwa et Rukoko en race pure sang de bovins; la promotion de  l’insémination artificielle et l'augmentation de l'utilisation des produits zoo-sanitaires.

Dans cette perspective, il leur a rappelé qu’une loi sur l’interdiction de la divagation du bétail et une ordonnance sur les conditions de production, de collecte, de transformation et de commercialisation du lait et ses dérivés destinés à la consommation humaine viennent  d’être élaborées ainsi qu’une plate forme laitière qui  vient d’être  initiée dernièrement.

Signalons que cet atelier a été clôturé par l’Assistante du Ministre, Madame Jacqueline NDAYIHANZAMASO.


 

"Promouvoir l'intensification agricole basée sur la régionalisation des cultures pour une sécurité durable et la lutte contre la malnutrition."

Contact

  info(@) minagrie.gov.bi
  (00257) 22 22 20 87
  (00257) 22 22 20 87
  Adresse: Avenue Mwambutsa,N°, Ngagara;Quartier 4

Rester en contact