LEMINISTRE DE L’AGRICULTURE ET DE L’ELEVAGE RECOIT EN AUDIENCE UNE DELEGATION DE LA BAD AU SUJET DU PROGRAMME "TAAT"

Ce lundi 05 mars 2018, Monsieur le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, Dr. Déo-Guide RUREMA a reçu en audience une délégation de la BAD qui était venue dans le cadre de la nouvelle stratégie pour le développement de l’agriculture africaine. Cette stratégie est Baptisée "Technologies for African Agricultural Transformation-TAAT", soit "Technologies pour la transformation de l’agriculture en Afrique". La délégation était conduite par Dr. Jonas Nwankwo CHIANU, Economiste Coordonnateur des technologies pour la transformation agricole en Afrique.

D’après Dr. CHIANU, la priorité du programme TAAT est d’éliminer la pauvreté extrême, de mettre fin à la famine et à la malnutrition, et de parvenir à l’autosuffisance alimentaire. Ce programme va de paire avec la Stratégie «Nourrir l’Afrique (2016-2025)», a-t-il précisé ajoutant qu’il se focalise sur le développement des chaînes de valeurs pour le bétail, les cultures vivrières (riz, maïs, soja, igname, haricots, l’arachide, niébé, le mil) ainsi que les principaux produits d’exportation (cacao, noix de cajou, huile de palme, horticulture, café).

Il a ainsi fait savoir que la délégation de la BAD voulait avoir des orientations du Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage sur la formulation de ce programme qui va permettre d’accroître la productivité agricole à travers la mise au point et la diffusion à grande échelle des technologies agricoles appropriées.

Pour accélérer l’adoption des technologies agricoles en Afrique, Dr. CHIANU indique qu’il faut un renforcement des efforts, une implication des gouvernements, du secteur privé et des investisseurs majeurs".

Monsieur Le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage a réitéré l’engagement du Gouvernement du Burundi de répondre favorablement au programme TAAT en considérant, depuis 2015, le MINAGRIE comme un Ministère pilote pour impulser le développement économique du pays.

D’après Monsieur le Ministre, grâce à la maîtrise des facteurs de production comme la fertilisation, les bonnes pratiques culturales, les services de qualité et la protection des sols cultivables, le Burundi assiste aujourd’hui à de belles surprises au niveau de la production agricole.

Il a signalé cependant des faiblesses au niveau de la transformation des produits agricoles.

Monsieur le Ministre recommande que les initiatives au niveau de la recherche soient matérialisées sur terrain au niveau de la population ajoutant qu’il faut dépasser le stade des publications et des rapports scientifiques pour descendre sur terrain afin de se rendre compte de la réalité au niveau de la population.

Au niveau du renforcement des capacités, il recommande de tenir en considération les institutions qui participent dans la mise en place des différentes technologies au niveau du monde rural notamment les

                                                                                                                         services de vulgarisation.

Monsieur le Ministre fait savoir que le Burundi est un pays qui a tous les atouts et qu’il faut par conséquent voir comment développer d’abord l’agriculture de subsistance, puis évoluer vers l’agriculture de marché précisant qu’il faut y aller étape par étape.

Parlant des initiatives du Gouvernement, Monsieur le Ministre a donné l’exemple du programme de l’intensification Agricole basé sur la Régionalisation des Cultures, de la convention avec le FIDA en matière de la pisciculture intégrée et le projet de révolutionner l’horticulture. Il a ainsi proposé de tenir compte de l’aménagement des collines pour l’intensification agricole des autres cultures à l'instar des succès d'aménagement des marais pour la culture de riz.

Monsieur le Ministre a terminé en invitant tous les acteurs à travailler ensemble pour la complémentarité mais pas la compétition afin de pouvoir réaliser la vision de l’Afrique.

La délégation a apprécié le pas franchi par le Ministère et a promis d’introduire le Burundi dans ce programme de développement de l’agriculture en Afrique initié par la BAD.

Elle a également promis de rencontrer d'autres structures qui collaborent avec le Ministère pour mieux cerner les spéculations agricoles à prioriser tel qu’exposé par le Ministre.


 

"Promouvoir l'intensification agricole basée sur la régionalisation des cultures pour une sécurité durable et la lutte contre la malnutrition."

Contact

  info(@) minagrie.gov.bi
  (00257) 22 22 20 87
  (00257) 22 22 20 87
  Adresse: Avenue Mwambutsa,N°, Ngagara;Quartier 4

Rester en contact